Suite à un contrôle technique périodique, il est possible que le véhicule présente une ou plusieurs défaillances rendant ainsi nécessaire une contre-visite. Quels sont donc les motifs d’une contre-visite lors du contrôle technique ?

AUTOSUR partage avec vous ce guide dans le but de mieux comprendre les dysfonctionnements nécessitant une vérification des points de contrôle !

Défaillances majeures

Les propriétaires d’une automobile doivent soumettre leur véhicule au contrôle technique. L’objectif visé consiste à permettre aux contrôleurs habilités de veiller à ce que le véhicule soumis soit dans un bon état de fonctionnement. Si, le contrôleur met en avant un certain nombre de défaillances majeures, le propriétaire du véhicule dispose d’un délai de 2 mois pour réaliser les réparations et pour présenter le véhicule à la contre-visite. C’est le cas, par exemple, si :

  • L’identification des véhicules n’est pas possible. Une plaque d’immatriculation manquante ou endommagée, non fixée ou ne correspondant pas aux documents d’identification invalide le contrôle technique,
  • La visibilité n’est pas bonne : fissure sur le pare-brise, visibilité insuffisante depuis le rétroviseur, fonctionnement sans essuie-glace…,
  • Le système de freinage présente des anomalies : frein à main ou de service inefficace, réservoir de liquide de frein dont le niveau est insuffisant ou qui fuit…,
  • Les liaisons au sol présentent des anomalies telles que l’usure des pneus, des chocs ou un jeu excessif dans les roulements de roue,
  • La carrosserie et la structure sont en mauvais état : saillie sur le capot, ailes des portes avant ou arrière endommagées ne risquant pas de provoquer de blessures.
  • L’équipement est détérioré : sièges mal fixés, ceintures de sécurité défaillantes, klaxon inutilisable…,

Défaillances critiques

Les défaillances critiques correspondent le jour du contrôle technique périodique aux :

  • Défaillances menaçant les usagers,
  • Défaillances qui ont un impact considérable sur l’environnement.

Dans ce cas, le conducteur est alors tenu de procéder aux réparations et de soumettre son véhicule à une inspection afin de pouvoir le réutiliser. Les éléments suivants sont notamment considérés comme des défaillances critiques :

  • Les carrosseries fortement endommagées pouvant entraîner des blessures,
  • Des feux de freinage inopérants,
  • Des pneus excessivement usés ou crevés,
  • La mauvaise fixation du siège du conducteur,
  • Des éléments de freinage excessivement usés ou défectueux qui présentent un risque,
  • Des fuites excessives de liquides (huile, freins, etc.) et manque de liquide de frein,
  • Le vitrage détérioré de façon excessive, affectant la visibilité,
  • Le châssis ou les éléments de châssis fissurés, corrodés ou fortement déformés,

 

Pensez à préparer votre véhicule pour le contrôle technique périodique en vous adressant à la société AUTOSUR, votre partenaire privilégié !