Le camping-car, comme tous les autres véhicules, est sujet à un contrôle technique, lequel est effectué dans un centre homologué tel AUTOSUR, aux frais du titulaire. Ne pas effectuer ce contrôle est une infraction.

En effet, l’achat d’un camping-car peut paraître insurmontable ! Bien qu’il s’agisse d’un investissement plaisant et que vous ayez beaucoup à attendre une fois que vous en serez propriétaire, il s’agit également d’un achat onéreux. Avant de prendre votre décision finale, faites vos recherches pour vous assurer que vous avez le camping-car qui convient à vos besoins et à votre style de vie. Assurez-vous qu’il a été inspecté avant de procéder à l’achat.

Qu’est-ce qu’une inspection de camping-car ?

Une inspection de camping-car est un examen objectif de son état et de ses composantes par un tiers compétent. Tout comme l’inspection d’une maison au moment de l’achat, le contrôle technique d’un camping-car porte sur tous les systèmes structurels et mécaniques. À certains égards, un camping-car est plus compliqué qu’une maison, car il s’agit d’une maison roulante.

En procédant à une inspection, vous recevrez un rapport complet de toutes les constatations faites au cours du processus.

Quand faut-il procéder au contrôle technique du camping-car ?

Il s’agit de la première question à se poser lorsque vous disposez d’un camping-car. La réponse est simple, et ne tient pas compte du poids total autorisé en charge.

En effet, tous les camping-cars doivent subir un contrôle technique dans les 6 mois qui suivent le 4ème exercice de la première immatriculation. Cette inspection est ensuite valable pendant deux ans.

Que vérifie le contrôleur ?

Ce sont 133 points à vérifier auxquels est soumis votre camping-car pendant son contrôle technique. Parmi ceux-ci, nous citons notamment les éléments constitutifs de l’identification du véhicule : Documents, immatriculation, dispositifs de freinage, de direction et de visibilité, les différents phares et systèmes réfléchissants, ou encore l’état des pneus.

Sur chacun de ces points de contrôle, le contrôleur peut attribuer, si nécessaire, l’un des trois niveaux de défaillance ci-après :

  • Défaut majeur : Il s’agit d’un vice susceptible de porter atteinte à la sûreté du chauffeur ou des autres automobilistes en nuisant à l’environnement,
  • Défaut mineur : Un défaut est constaté, mais celui-ci ne menace ni la sécurité du véhicule ni l’environnement,
  • Défaut critique : le véhicule présente un danger immédiat et concret.

Quel document obtenir à la fin du contrôle technique ?

Après le contrôle technique de votre camping-car, peu importe son résultat, un rapport vous sera remis, mentionnant notamment les conclusions de la vérification périodique :

  • Favorable,
  • Défavorable pour défauts majeurs,
  • Défavorable pour défauts critiques.

Parallèlement, un timbre sera collé au certificat d’immatriculation, ainsi qu’un autocollant sur le véhicule accompagné de la date à laquelle votre camping-car devra être réexaminé.